.comment-link {margin-left:.6em;}
Tuesday, March 27, 2007
Margarita Blue, un de mes bars-restaurants préférés de Barcelone. Nous venons de fêter avec Daniel sa despedida, son dîner de départ. Il vient de tout plaquer, son boulot de publicitaire, sa copine, son appartement, et décide de se consacrer désormais à des missions humanitaires. Il part au Darfour la semaine prochaine. J’admire son courage. Sa décision. Et je me sens bien inutile sur cette petite bleue. Il veut donner un sens à sa vie et il raison de le faire.
Sorti tard du travail, je ne les ai rejoints que vers minuit, sans dîner. Nous avons aligné les mojitos, les caïpirinhas, et grillé quelques paquets de cigarettes pendant que d’autres du groupe se passaient en cercle continu des joints sans fin. De l’afghan, ont-ils dit. Pas eu envie d’en goûter. Odeur âpre.
Je sors épuisé. Il est deux heures. La nuit ne fait que commencer pour beaucoup. J’ai sacrément faim, n’ai pas eu le temps de manger depuis la veille, et me dirige vers le bas des ramblas, à 200 mètres de là. Cette avenue insipide, haut lieu incontournable des touristes en mal de clichés, est toute glauque la nuit. Inondée de prostituées africaines : nigérianes, ghanéennes, angolaises, camerounaises. La misère. Exploitation humaine. Je marche en aspirant à plein nez l’air marin qui remonte depuis le Port Vell. Puis me décide à pénétrer dans un Maoz à l’angle des Ramblas avec une venelle improbable. Envie de falafels. Je commande, m’assois, allume ma cigarette, savoure le bruit de la première bouffée qui crépite, puis inhale à pleins poumons. Que c’est bon de fumer.
Un jeune homme me sourit d’un air interrogatif en indiquant mon paquet de cigarettes de l’index. Je ne refuse jamais une cigarette. Hospitalité marocaine disent certains ? Foutaises, l’hospitalité marocaine, elle en a rejeté plus d’un aux portes de Melilla. Non, juste envie de partager une clope. Je la lui allume et nous nous mettons à papoter. Tranquillement
Beaucoup de putes sur les ramblas ? Oui beaucoup. Trop, non ? Oui tu as raison trop. Ce n’est plus ce que c’était les ramblas ! Je ne sais pas, je suis là depuis 3 ans, je les ai toujours connues comme cela, les ramblas. Ah non, avant, c’était moins craignos, ahora es salvaje. De donde eres ? De Marruecos, et toi ? Du Soudan. Enchanté brother.
Dialogues.
On a fini nos falafels respectifs. Il m’offre un Coca.
Il s’appelle Mamadou, a 23 ans, vit en Espagne sans papiers depuis 5 ans. Il est dealer. De tout. De tout ce dont tu peux avoir besoin. Mais c’est soft, nada bestial, jamais embêté par la Guardia civil ni les Mossos. Menus trafics, DVDs, un peu de shit de temps à autres d’après ses dires.
Et nous parlons d’Afrique. Il est 4 heures. Je ne sens pas le temps passer.
On refait l’histoire, depuis la colonisation à aujourd’hui. On parle de Mandela et de Sekou Touré. De Bongo et de Senghor.
Puis il démarre.
Et mon sang se glace.
Froid. J'ai l’impression de le sentir couler dans mes veines pour la première fois.
Mamadou a pris les armes à l’âge de 15 ans. Il a tué. Beaucoup. Beaucoup tué. Sans savoir qui. Sans savoir où. Il a beaucoup été drogué. Il a tué. Il a éventré. J’hésite à le croire. Mais ses larmes se mettent à couler.
Et mon sang se glace.
Nous fumons.
Il continue.
Il a tué à la machette. Sous l’effet de psychotropes. Il était embrigadé sans savoir pour qui ni pourquoi il faisait la guerre. Ni où. Tout est confus, il ne se souvient plus des détails, tout se mélange entre ses cauchemars actuels et ses souvenirs.
Puis il devient blême et continue son récit.
Un jour, il ne sait plus quand, il s’est retrouvé dans un village. Lui et ses comparses y mettaient le feu et mitraillaient tout ce qui passait, tout ce qui était animé, poulets, enfants, chiens, hommes et femmes.
Puis il est entré fans une hutte.
Et là il est tombé à genoux. Sans voix.
Sa mère était devant lui.
Ensanglantée.
Un enfant décapité à ses côtés.
Il est resté immobile sans rien dire.
Puis il les a vus l’attacher, et lui couper les seins à la machette.
Pour que plus jamais elle ne puisse allaiter. Non, plus jamais.
Et mon sang se glace.
Il me dit qu’il a fui et couru 12 heures sans s’arrêter. N’a plus parlé pendant 4 jours, non, et il est resté dans un bois à boire de l’eau d’un ruisseau.
Puis a été accueilli par une famille dans un village.
Puis a marché vers le Nord. 6 mois à errer. Jusqu’à un matin de février 2002, il a alors débarqué sur une plage de Tarifa.
Africa ? Maldita Africa ! Il s’est levé puis est parti.
J'ai encore le sang glacé.
 
posted by Amine at 3:12 AM |


17 Comments:


At 3/27/2007 11:17:00 AM, Blogger Antiphon

L'Afrique Fantôme, frère Amine, l'Afrique Fantôme... faut lire le livre d'Ahmadou Kourouma, "Allah n'est pas obligé" l'odyssée poignante d'un enfant-soldat dans les guerres du Sierra-Leone et du Libéria, l'auteur a une belle plume.

 

At 3/27/2007 11:37:00 AM, Blogger Amine

Antiphon>
http://labelash.blogspot.com/2006/07/allah-censur-dans-le-vime.html

 

At 3/27/2007 12:22:00 PM, Blogger Antiphon

très bon article, je ne connaissais pas ton blog à l'époque.
Bonne journée.

 

At 3/27/2007 12:53:00 PM, Blogger Najlae

suis bouleversée.
love personnal posts
xo

 

At 3/27/2007 06:24:00 PM, Anonymous Onassis

J'ai le sang glacé aussi.

Me too, i love this kind of posts ;)

Maldita Africa. La poubelle du monde !

 

At 3/27/2007 08:36:00 PM, Blogger Reda

Trés poignant comme témoignage. Merci de le partager.

 

At 3/27/2007 11:47:00 PM, Blogger Najlae

Onassis, on signe une pétition pour qu'Amine n'écrive que des posts perso? :)))

 

At 3/28/2007 10:09:00 AM, Anonymous Zaz

Que la vie est dure pour les enfants d'Afrique...
Merci d'avoir partagé, et mis les bons mots sur ce témoignage tellement poignant...

 

At 3/28/2007 05:16:00 PM, Anonymous Anonymous

Salut Si Amine,

Je suis ton blog depuis bien longtemps. Je le trouve très bien.
J'ai seulement deux "objections" :
La première c'est qu'il est très anti-américain et un peu altermondialiste à mon gout.
La deuxième c'est ce ton très mélancolique chaque fois que tu parles de l'afrique.

Moi j'étais en afrique et dans l'un des pays les plus pauvres. La réalité n'est pas celle que tu décris là. Ces réfugiés économiques n'ont généralement jamais vu une gachette. C'est juste qu'ils racontent ce que les gens "sensibles" veulent entendre.

Et puis moi j'ai vu que les altermondialistes et les africains sont plus "racistes" envers les africains que les dits "blancs". J'ai pleins d'anecdotes sur ce sujet.

Moi qui était élevé dans le culte Fanon, révolution algérienne glorieuse et fait partie des Pionniers du PPS depuis mon jeune âge était poussé après ce voyage ô combien révélateur d'épouser le libéralisme et je dis ce n'est pas une honte d'être africain et libéral.

De revendiquer son droit d'être égal à égal au monde et de cesser de pleurnicher chaque fois que je rencontre un bobo à la bové. L'afrique n'a jamais été aussi prospère et démocrate que maintenant. Et le progrès viendra très prochainement.

Alors je dis fuck Mamadou! Fuck Mandela et Sekou Touré! Fuck U2 et leurs concerts help Africa! Libère-toi ami(e) africain(e) de ce sentiment de misérabilisme et d'infériorité. Tu vaux plus qu'un joueur de foot à la liga ou une p**e à bobos parisiens.

Ouf.. et pardon!

 

At 3/28/2007 07:52:00 PM, Anonymous Onassis

Naj : Shoot la pétition :)

Anonymous : L'Afrique serait prospère ? Dire que je sceptique serait un euphémisme. Vous seriez libéral ? Soit. Amine est altermondialiste. En a-t-il le droit ? Je crois que oui...

 

At 3/29/2007 12:03:00 AM, Anonymous Othman

T.I.A :(

 

At 3/29/2007 09:10:00 PM, Blogger Leguepard

Je partage avec 'anonymous' son refus du misérabilisme quand on parle de l'Afrique...

Sauf que ce texte ne l'est absolument pas.

Sauf que les génocides, les enfants-soldats...ce n'est pas du pipeau, et que ça s'est passé il y a 10 ans au Rwanda, au Burundi, au Libéria, au Sierra Leone, que ça se passe aujourd'hui au Darfour.
Ta réaction, anonymous, me rappelle "La défaite de la culture", écrit par A. Finkielkraut, qui s'en prenait à la mauvaise conscience occidentale vis-à-vis des colonisés. Ce qui me dérange, c'est que Finkie, qui se voulait porte-étendard de l'universalisme occidental face à la défense des particularismes, y compris africains, finit par affirmer que...les kamikazes palestiniens ont des intentions génocidaires vis-à-vis des israéliens parce qu'ils sont Juifs!

Et comme toi qui te méfies des discours sur le noir opprimé, je me méfie des discours sur la valeur universelle de la culture occidentale et du bien-fait-pour-leur-gueule-c'est-de-toutes-façons-des-vauriens et l'Autre-est-un-animal.

Alors, fuck la béatitude des bobos, mais fuck l'hypocrisie et le fond moisi des universalistes.

A l'hypocrisie aride d'un Finkielkraut, je préfère le talent et le sens de l'humour africains d'un Kourouma (je recommande "En attendant le vote des bêtes sauvages". Jubilatoire!).

Le XXIème siècle sera africain !

 

At 4/01/2007 10:07:00 PM, Blogger Amine

Antiphon, Réda, Zaz> merci
Najlae, Onassis> Pas besoin, mais vous savez très bien que ces petits billets qui sortent des tripes ne se font pas à la commande. Et puis j’ai toujours du mal à faire ressortir le ressenti, mise à nue de l’esprit…  Promis, j’essaie d’en refaire un bientôt.
Othman > TIA ? Kezako ?
Anonymous>
Bienvenu à toi, mais pourquoi rester anonyme ?
Intéressantes objections, merci d’ailleurs, mais je me dois de les rectifier.
1. Non ce blog n’est pas anti-américain.
J’aime l’Amérique pour les valeurs et les idéaux qu’elle a su incarner par le passé, j’aime le libéralisme américain en tant que doctrine (mais pas dans sa mise en œuvre)… J’aime sa littérature, son cinéma, sa culture même si elle est récente, embryonnaire, et dénuée d’Histoire (pays de 200 ans, faut pas l’oublier). J’admire son économie, quand elle est raisonnée (i.e. pas au détriment de X à tout va). J’ai épousé le libéralisme et le capitalisme depuis belle lurette. J’admire la technologie de l’Amérique… Bref, je ne suis pas anti-américain, loin de là…
Mais oui, je le revendique, j’exècre la politique étrangère américaine (que ce soit en Amérique Latine, en Asie, en Afrique ou dans le monde arabe). L’ignorance des « masses » américaines m’enrage, leur indifférence à ce qui se passe dans le reste du monde me fait hurler (indifférence sauf quand le billet vert y a ses intérêts), c’est le peuple du monde occidental le plus inculte, et on n’a pas droit le droit d’être si inculte quand on se revendique citoyen de la première puissance du monde. Il y a des élites, oui, brillantes, il y a des humanistes aux US etc… mais ils sont minoritaires. Et surtout la grande majorité avale Fox news et affiliés sans jamais rien remettre en cause…
S’intéresser aux autres sans intérêt pécuniaire, voilà ce qui manque aux américains.
Quand on vote Bush une première fois, on en a le droit. Quand on le réélit en connaissance de cause et que l’on sait clairement de quoi son gouvernement est coupable (tant à l’extérieur qu’à l’Intérieur des USA), alors, oui, un peuple a finalement les gouvernants qu’il mérite.
Un peu alter-mondialiste, oui, où est le mal… ?
On peut être capitaliste et alter-mondialiste en même temps ce n’est pas antinomique.

2. Parler de l’Afrique avec mélancolie, et bien vois-tu en ouvrant les yeux ne serait-ce que sur la réalité sanitaire de l’Afrique, parler de mélancolie est un euphémisme… C’est un continent merveilleux que l’humanité a voué aux géhennes depuis bien longtemps… Elle a été dépecée et elle se laisse mourir à petit feu, l’Afrique…
Un exemple ? certains labos US refusent d’autoriser la distribution de médicaments génériques dont les principes actifs sont encore sous brevet… en attendant, des gens meurent…

L’Afrique prospère et démocrate ? Démocrate, oui, ça s’améliore. Prospère ? On ne doit pas parler du même continent je crois… impossible. Ou alors pardonne-moi de te le dire sèchement, et sans aucune prétention, mais tu n’y as pas compris grand chose.

Mais tu as raison, oui, Fuck les concerts Help Africa qui soulagent les consciences, fuck à la culture d’assistanat dans beaucoup de pays africains, fuck les pleurnicheurs et l’immobilisme et le fatalisme… mais comme le dit très justement Le Guépard, fuck l'hypocrisie et le fond moisi des universalistes. Très moisi.

Je ne sais pas si comme le dit Le Guépard le XXIème siècle sera africain, je ne le pense pas en fait… j’aimerais jsute que le XXième siècle ne se fasse pas sans l’Afrique.
Ce n’est pas beaucoup demandé, juste un soupçon d’humanisme et une brindille mercantile de moins.

 

At 4/05/2007 04:40:00 PM, Blogger Hichame

Je ne suis pas plus anonyme que les autres je crois. Mon prénom est
Hicham si ça peut intéresser quelqu'un ;)

Pour ce qui est de l'anti-américanisme, je vois cher Amine que vous n'êtes
pas plus ni moins anti-américaniste qu'un Ahmadi Najad. Lui aussi dans
sa lettre à Bush aime les valeurs américaines et dans sa vie privée il doit
aussi aimer Walt Disney et les films américains. J'ai trouvé toujours
ça très réducteur envers l'amérique. C'est plein de clichés et de préjugés.

L'autre argument que vous partagez avec pleins d'anti-américains c'est le
fait de considérer les états unis comme un pays sans histoire. Mais qu'est-ce
que c'est que d'avoir une histoire ? Un américain n'est-il pas un
englishman qui s'est installé en amérique? L'amérique maintenant résume
toute l'histoire humaine. Elle est européenne d'abord. Elle est africaine
ensuite. Et récemment latino-américaine aussi. C'est un melting pot
de toutes les cultures et les histoires. D'ailleurs le christianisme n'est-il
pas le truc le plus moyen-oriental du monde ? Et l'histoire du moyen n'est-elle
pas la plus ancienne et la plus compliquée ?

Un américain donc n'est pas sans histoire. C'est même un condensé de toutes
les Histoires du monde. En plus l'histoire américaine récente est si
riche et si glorieuse qu'elle peut faire envier n'importe quelle autre
histoire.

Pour ce qui est de la politique étrangère américaine, elle est à la fois
très récente vu que les USA est à l'origine un pays très isolationniste.
Elle a ses couacs (Vietnam, op Condor, un peu l'Irak maintenant) et ses
bienfaits (libération du monde du nazisme, pro principes d'auto-determination,
universalite voire plus sage que celle de la france des fois.)

Pour ce qui est de l'inculture du peuple américain, je trouve cette idée
un peu "hautaine" et "européeno-centriste". La france est biensûr l'un des pays
où la culture et la litérature sont les plus respectées. J'admire la France
pour celà. Mais je ne vais pas jusqu'à ôter l'Italie de Burlescuni, l'Espagne
de Aznar ou l'Amérique de Bush de leur part de "culturisme". Le Maroc
était-il un pays inculte? J'en sais rien. J'ai beaucoup de respet et de
confiance en la race humaine partout au monde et je ne me permetterai jamais
de marquer un peuple quelconque d'inculte. Et surtout pas le grand peuple
américain qui ne s'intéresse pas à l'europe comme l'europe ne s'interesserait
jamais à un pays africain quelconque. La nature humaine veut qu'on s'intéresse
aux peuples plus prospères que nous. C'était toujours le cas dans l'histoire.

Pour l'afrique c'est beaucoup plus simple. Elle est plus prospère que jamais.
Il faut jeter un oeil sur les chiffres du développement économique annuel
en écartant biensûr les hotspots comme le Zimbabwe ou la Côté d'Ivoire.
L'Afrique est aussi plus démocrate que jamais. Plus éduquée que jamais. Un petit
pays comme le Rouanda peut se targuer d'avoir une diaspora anglophone de haut
niveau et qui revient au pays pour le construire. Celà ne fera jamais les
gros titres des médias ni ceux des altermondialistes et tant mieux. Des pays
comme les îles maurice, le Botswana sont des miracles économiques. La
movida en cours dans des pyas comme le Sénégal, le Maroc, la Zambie, l'Ouganda
et même l'Egypte ne peut qu'être bénéfique.

Le deuxième argument c'est que la plupart des problèmes de l'Afrique sont
causés par les africains eux-même et surtout le tribalisme qui est le
fléau numéro un. Ce n'est pas la france ni les US, le coton ou le SIDA qui
perturbent des pays telque la côte d'ivoire ou le Congo. Ce qui n'est pas
le cas d'un Mandela qui a envahi le Lesoto et Mbiki qui s'ingère dans le
conflit Sahraoui et au Zimbabwe et l'émergence d'un racisme anti-blanc
qu'aucun altermondialiste a le courage de le dénoncer.

Nier les bienfaits de la colonisation, exiger des royalties des dégats
de la colonisation, gonfler les chiffres des populations pour avoir plus
d'aide, ne rien changer en échange de cette aide, refuser de développer
des technologies comme l'OGM et le nucléaire en se pliant aux dictats
altermondialistes ne servira jamais l'afrique.

Il faut une autre élite africaine moins idéaliste et moins gauchiste et
de nouvelles relations pan-africaine à l'instar de celles entre le Maroc et
le Sénégal qui sont parmi les plus exemplaires en Afrique alliant respet,
honneur et amitié à tous les niveaux.

Just my two cents :) Merci pour cette tribune.

Good link:
http://gsorman.typepad.com/guy_sorman/2007/02/antiamericanism.html

 

At 4/10/2007 09:58:00 PM, Anonymous Anonymous

Tres bel article. je regrette de ne pas te lire plus souvent. les articles de tes experiences nocturnes sont ceux qui me plaisent le plus. je me souviens de celui de la musique une nuit dans Paris. Mon preferé... a quand BCN dernière?

bises
k.

 

At 4/11/2007 01:14:00 PM, Anonymous Laurence

Merci pour cette note Amine, son témoignage est bouleversant.
D'une certaine manière ça me fait penser au film Blood Diamonds (à cause des enfants assassins qui n'ont plus de repères...).

Le T.I.A. je l'ai entendu dans ce film d'aileurs, ce sont les initiales de "this is africa".

 

At 5/29/2011 10:40:00 PM, Anonymous JF-17

Interesting.

 


Links to this post:

Create a Link