.comment-link {margin-left:.6em;}
Friday, October 06, 2006
25 ans déjà. Le 6 Octobre 1981, le Raïs mourrait à l'âge de 63 ans, assassiné par des soldats islamistes alors qu’il assistait à un défilé militaire dans un stade du Caire à l’occasion de la fête nationale.
Petite incursion dans l'Histoire.
Anwar El Sadate voit le jour en 1918 dans une Egypte sous domination britannique, et fait plus tard ses classes à L'Académie Royale Militaire du Caire. En 1938, aux côtés de Gamal Abdel Nasser, il commence à fomenter l’indépendance de l’Egypte tout en étant proche des Frères Musulmans de Hassan El Banna.
En 1952, il prend ses distances avec les islamistes et rejoint le groupe des "officiers libres", puis participe au renversement du roi Farouk. La République d'Egypte naît l'année suivante. Resté homme de confiance de Nasser sans pour autant partager ses excés de panarabisme, il lui succède à sa mort en 1970. Après la quatrième guerre israélo-arabe, i.e. guerre du Kippour de 1973, il rompt définitivement avec l'URSS en 1976, conclut les accords de Camp David en 1978 (ce qui lui vaudra le prix Nobel de la paix avec Menachem Begin - il ne fera pas le déplacement à Oslo) et un traité de paix avec Israël à Washington en 1979. C'est justement ce dernier point que les extrémistes ne lui pardonneront pas, et que beaucoup de citoyens arabes, abreuvés dans les années 60 par les discours enflammés mais stériles de Nasser, lui reprocheront des années durant.
Sa vie fut édifiante à plus d'un titre. Car Sadate a fait preuve d'un pragmatisme et d'une maturité politique dont peu de dirigeants peuvent se targuer concernant le conflit israëlo-arabe.
Alors que Nasser avait essuyé deux défaites cuisantes face à Israel, Sadate, lors de la guerre du Kippour de 1973, met fin au mythe de l'invincibilité de Tsahal, bien que les troupes d'Ariel Sharon parviennent finalement à contrebalancer son offensive. C'est à l'aune de ce conflit que seront enfin entamées des négociations politiques avec l'Etat hébreu. Dès lors, il comprend que rien ne sert de faire couler le sang, c'est avec l'arme diplomatique qu'il faut jouer, et le réalisme politique impose dès lors la reconnaisssance de l'existance de l'Etat d'Israel, chose que même l'OLP finira par faire, plus de deux décennies après. C'est en ce sens que sur l'échiquier politique du Proche-Orient, il fut un visionnaire incompris par sa population, par les populations arabes.
Je me dis souvent que si tout les pays limitrophes de la Palestine s'étaient assis à la même table en 1978, une paix définitive entre Israel et ses voisins aurait, peut-être, été possible. Il aurait fallu pour cela:
- Reconnaître Israël;
- Lui imposer de revenir aux frontières de 1967 et redonner ainsi le Golan à Damas;
- S'accorder sur un découpage bilatéral de la Palestine qui à l'époque aurait pu éviter la cartographie chaotique en forme de léopard que l'on connaît;
- Accepter le partage de Jerusalem (l'OLP refusait obstinément toute négociation sur le sujet - bien mal lui en a pris, car aujourd'hui ce serait un miracle si seulement un jour la palestine gardait ne serait-ce qu'une banlieue d'Al Qods);
- Renoncer à l'aide soviétique pour se rapprocher des Etats-Unis: en pleine guerre froide, le soutien à Israël par l'Oncle Sam n'aurait pas été inconditionnel et le recours au Veto systématique à l'ONU plus difficile car il y aurait eu une relation de Win/Win entres les pays arabes concernés et les Etats-Unis. "On renonce à l'aide des rouges, vous nous laissez revenir à 1967 et vous imposez la Palestine à Israël".
Si Sadate n'avait pas été assassiné, peut-être, je dis bien peut-être, que l'Etat Palestinien existerait, que Sabra & Chatila, les Intifadas I et II n'auraient pas eu lieu. Peut-être. Ou peut-être que non.
الرئيس الراحل محمد انور السادات
رئيس جمهوريه مصر العربيه 1970-1981

" وربما جاء يوم نجلس فيه معاً لا لكي نتفاخر ونتباهى، ولكن لكي نتذكر وندرس ونعلم أولادنا وأحفادنا جيلاً بعد جيل، قصة الكفاح ومشاقة، مرارة الهزيمة وآلامها، وحلاوة النصروآماله. نعم سوف يجئ يوم نجلس فيه لنقص ونروى ماذا فعل كل منا في موقعه ... وكيف حمل كل منا أمانته وأدى دوره، كيف خرج الأبطال من هذا الشعب وهذه الأمة في فترة حالكة ساد فيها الظلام، ليحملوا مشاعل النور وليضيئوا الطريق حتى تستطيع أمتهم أن تعبر الجسر ما بين اليأس والرجاء "

محمد انور السادات
1973/10/16


Anwar El Sadat
labelash

Labels:

 
posted by Amine at 12:01 AM |


9 Comments:


At 10/05/2006 11:31:00 PM, Blogger L'Or

Malheureusement, ce n'est pas avec les Si et les Peut-être que fonctionne le Monde...

 

At 10/06/2006 12:02:00 AM, Blogger Amine

L'or> Je suis bien d'accord et n'ai jamais dit le contraire.
C juste regrettable de réaliser que le cours de l'histoire aurait facilement été changé. Car c'est un gros gâchis.
Content de ta visite ici :-)

 

At 10/06/2006 08:22:00 AM, Anonymous Yves

Cet homme était d'une envergure tout à fait exceptionnelle... Dans un autre registre, le Commandant Massoud aussi. Leur meurtre est un drame pour l'humanité.

 

At 10/06/2006 02:01:00 PM, Anonymous Mourad@Erasmus

salut fréro Amine!
Il y a bien des gens qui peuvent changer mais que l'Histoire violente et assassine, pas de chance pour l'égypte qui actuellement essaie par son art de refléter une image érronée.

Merci, enhorabuena hombre!!
Mourad
http://jim.5maroc.be (Le blog de l'émergence des Jeunes Intellectuels Marocains)

 

At 10/06/2006 04:06:00 PM, Anonymous Anonymous

Moi je pense pas que c'etait un politicien brillant (come tous les presidents qu'a connu l'egypte d'ailleurs). Et ses accords Camp David etaient le meilleur deal qu'il pouvait avoir. Avait-il vraiment le choix a l'epoque? surtout apres la guerre de 73 ou les troupes israeliennes etaient a deux doigts de renter en plein Le Caire (les egyptiens s'obstinent a croire encore a " Nasr october" mais bon..)..signer camp david c'etait pas du courage mais plutot une tentative de survie apres les desastres des autres guerres.
Ils ont recupere le Sinai..ce qui etait pas mal et je crois meme pas espere par Sadate lui-meme..
Sinon cote politique interieure, sa politique economique (siyassat el infita7) etait une bonne idee au depart mais ca a ete tellement mal fait..les droits de l'homme je crois qu'il a fait encore mieux que son predecesseur en termes d'emprisonnements sommaires (des islamistes, nasseristes et autres communistes et progressistes de tous bords..) et de torture..
Et enfin le seul souvenir personnel que j'ai de lui c t a la tele egyptienne quelques semaines avant sa mort dans un de ses discours fleuves a la Fidel ou il repetait avec frenesie "e7na lli 3alemna el 3arab echchouka ou ssikine" (c nous egyptiens qui avons appris aux arabes comment utiliser la fourchette et le couteau) pour rappeler la superiorite des egyptiens en termes de manieres "civilisees"!! mais bon a l'epoque les arabes n'etaient pas tendres avec lui non plus!
Je pense que finalement il n'etait populaire qu'aupres des americains, et Hassanein Heikal en a contsruit tout un mythe autour de Sadate=agent de la CIA..etc..mais ca c une autre histoire..
Meryem

 

At 10/07/2006 03:39:00 AM, Blogger L'Or

Je sais bien Amine que tu ne disais pas le contraire. C'était plutôt une réflexion à haute voix. Une désolation de ma part...

 

At 10/07/2006 09:14:00 PM, Blogger Foulla

Une paix qui dependrait de "la presence d'une presonne" est une paix condamnee a mort, d'office...

 

At 10/08/2006 01:31:00 AM, Blogger Amine

Foulla, je ne suis pas du tout d'accord, et l'Histoire l'a démontré à plusieurs reprises...
Certains hommes ont permis une paix (sous des formes différentes) qui n'aurait jamais eu lieu sans eux...
Luther King, Gandhi, De Gaulle, Oscar Arias Sanchez, Mandela, Walesa, Esquivel... sans leur présence, ce ne serait pas arrivé...

 

At 10/09/2006 12:15:00 AM, Blogger Foulla

Ben justement Amine, ils l’ont permise ; apres elle n a plus dependu de leur presence.. La foule a suivi. Il y avait déjà un pre-consensus au niveau d’un bon nombre de penseurs et intellectuels des deux parties, des militants aussi et resistants..Gaule, Gandhi, et tout ce beau monde dont tu parles n’ont pas surpris leur « sympathisants », ils les ont prépare d’abord..
Je pense que la grande difficulté réside dans le fait que le conflit Israélo-palestinien est exploite par les religieux des deux camps.et face a de tels interlocuteurs, il est très difficile de gagner.la logique n’enflamme pas la foule comme le ferait un discours fanatique.
Rabin aussi a été tue ; souviens toi..Des années après .
Sadate avait compris bien AVANT TOUT LE MONDE, qu’il valait mieux une paix ,peut être pas a la faveur de la partie faible, mais une paix qd mm qui empêcherait plus de massacres et morts ..chez la partie faible..
rien que pour cela, je le trouve admirable.

 


Links to this post:

Create a Link