.comment-link {margin-left:.6em;}
Monday, February 14, 2005


Ce texte fait partie de la série de chroniques "Ne m'écoutez pas messieurs" que je publiais dans Version Homme. Il est paru en février 2003.

Je vous l’accorde, la Saint-Valentin est devenue une fête tellement commerciale, au même titre que Halloween, la fête des mères, pères, grand-mères, secrétaires et j’en passe, que le fait de la célébrer relève plus aujourd’hui d’un certain mimétisme social que d’une véritable déclaration d’amour. Que célèbre-t-on d’ailleurs ? Pourquoi le 14 février ? Des Valentins canonisés, on en dénombre au moins sept dans la littérature française et anglo-saxonne. Et même si tous sont devenus avec le temps les saints patrons de l’amour, un seul semble véritablement émerger du lot. Il s’agit d’un martyr romain du IIIème siècle, un prêtre chrétien qui osa transgresser l’interdiction de l’empereur Claude Le Cruel de célébrer des mariages. Celui-ci avait semble-t-il des difficultés à trouver des soldats pour ses multiples campagnes militaires et considérait les célibataires comme des combattants bien plus valeureux que les hommes mariés. En scellant secrètement l’union de couples d’amoureux, le prêtre Valentin scella aussi sa destinée : il fut décapité un 14 février, premier jour de la saison des amours pour les oiseaux.
Charmante histoire s’il en est, mais que représente la Saint-Valentin pour nous autres marocains? Rien de particulier a priori, car elle ne fait pas partie de nos us et coutumes. Retour en arrière : un an plus tôt, le 14 février donc, je dînais dans un restaurant casablancais, attablé à proximité d’un charmant jeune couple d’amoureux. Les lieux avaient été décorés avec goût pour l’occasion. La lumière tamisée émanait principalement de lampe-bougies suspendues à des appliques murales en fer forgé et donnait à l’assistance l’impression d’être entourés de lucioles évoluant autour de chaque client. Une vieille dame installée sur un tabouret en rotin, la joue gauche épousant tendrement son violon, jouait quelques ballades tziganes. Les mains de mes voisins de table ne cessaient de s’entrelacer sensuellement sur le lit de pétales de roses qui ornaient leur table. Je dégustais avec délectation le menu savamment concocté par le maître des lieux quand une jeune et adorable fillette, visiblement apparentée aux propriétaires du restaurant, accourut vers mes voisins et tendit ses mains chargées d’un gros bouquet d’une cinquantaine de roses rouges buisson à la jeune femme du couple en question : " madame, c’est le monsieur qui dîne avec vous qui m’a dit de vous les donner ", dit-elle timidement. Le jeune homme se leva, et tout en portant un toast à sa douce, lui récita à voix haute quelques vers de sa composition. Toute la clientèle se leva spontanément pour applaudir l’admirable scène qui venait de se produire. La jeune femme, très émue par la délicate attention de son jeune Roméo (ou Qayss si certains préfèrent) fondit en larmes dans ses bras. Quelques instants plus tard, je l’entendis lui murmurer : " si ça pouvait être comme ça tous les jours ". Cette phrase m’interpella et ne cessa de se répéter tel un écho dans mon esprit. " Si ça pouvait être comme ça tous les jours ".
Au-delà des considérations matérielles que l’on a assez souvent pour cette occasion (lui offrir le cadeau original qui immortalisera l’événement), pourquoi ne pas plutôt s’inspirer de la Saint-Valentin pour en faire le quotidien d’une vie de couple ? Car chaque jour devrait être l’occasion de le lui dire, avec ou sans fleurs. C’est peut-être finalement cela la Saint-Valentin : une petite pause dans l’année qui permet de faire le point sur les preuves d’amour que l’on oublie, par négligence parfois, de lui apporter. Bonne Saint-Valentin !
 
posted by Amine at 1:00 AM |


14 Comments:


At 2/14/2005 12:07:00 PM, Anonymous Lady M

Zut !!
J'ai écrit un commentaire mais j'ai appuyé sur la touche preview et j'ai refermé !!!!
Enfin, je disais juste que puisqu'il y peu de chance que le monde se mette à fêter la saint-valentin tous les jours, autant celebrer cette journée unique comme il se doit... Comme je suis célibataire pour le moment, j'aurais plus tendance à critiquer...
Mais bon, je m'en vais diner en galante compagnie ce soir avec un ami, on va faire semblant, il est seul lui aussi :o)

 

At 2/15/2005 04:57:00 PM, Anonymous mery

Cette scène est d'un ridicule !! je n'aimerai pas être à la place de la demoiselle ;)

 

At 2/15/2005 05:21:00 PM, Blogger Amine

Ca n'engage que toi Mery... Sur le coup, c'était vraiment joli à voir. Un peu désuet, mais C T vrai.

 

At 2/15/2005 05:35:00 PM, Anonymous mery

j'ai eu l'impression en lisant ton post que justement tu voulais communiquer cet aspect un peu ringard et ridicule :)
je me suis trompée à ce que je vois, g fait une interprétation très subjective .. g confondu avec une scène de kundera ;)
mais lire des vers en public ,et à haute voie à sa fiancée, en plus de la fillette qui se ramène ave des fleurs ...c trop kitsh.
( et ça n'engage que moi ..)

 

At 2/15/2005 06:10:00 PM, Blogger Amine

Mais bien évidemment que C kitch et ringard! C juste que sur le coup, on avait l'impression d'être transporté 50 ans en arrière... Ces attitudes-là sont d'une autre époque... Ce n'est pas parce que c'est caricatural que ce n'était pas beau à voir. Sur le coup, c'était risible, mais à voir l'émotion de la fille en question on ne pouvait qu'être ému...
En outre, il y a effectivement du 2nd degré, peut-être pas imagé à la Kundera (ce serait prétentieux), mais il y est... Bref, ne nous attardons pas plus sur le sujet Mery. Je ne suis pas un thuriféraire de la Saint-Valentin, loin de là, car c'est ni plus ni moins qu'une arnaque commerciale ou les coeurs en émoi se font un "toi et moi" instantané au bénéfice des fleuristes et restaurateurs. Y punto. Toutes les fêtes récurrentes et planifiées (anniversaire, noël, réveillon) sont ringardes... et ça n'engage que moi ;-)

 

At 2/15/2005 07:06:00 PM, Anonymous Lady M

Je trouve les rituels structurants et nécessaires. Et rien ne nous empêche d’en inventer d’autres.
L’homme qui assez de couilles pour clamer un poème en publique est ce qui se fait de plus merveilleux en matière d’homme. Celui qui trace dans un bar et viens vers toi, te regarde dans les yeux pour te dire que tu lui plait. Celui qui t’apporte le petit déjeuner au lit juste parce qu’on est samedi et qu’il t’aime. Celui qui enregistre les épisodes de Bob l’éponge pour toi. Celui qui te fait une bouillotte et une verveine parce que tu as tes règles et que tu as mal au ventre. C’est ce genre d’homme qu’on a envie de trouver et de garder.

 

At 2/15/2005 07:22:00 PM, Blogger Amine

Chapeau bas Lady_M...

Je suis d'accord mais tiens à nuancer: oui ce mec est la perle rare, à condition comme tu le dis qu'il te ramène le petit déjeuner au lit le samedi matin etc... pas seulement le soir de la St Valentin... Là C'était trop fleur bleue, et visiblement pas la remarque de sa muse, ce n'était pas tous les jours comme ça...
C'était l'objet de mes propos. Manifestons l'amour, tous les jours, pas (seulement) le 14.02, il faut le faire au quotidien pas des petites attentions. Que te parece?

Bob l'éponge est vraiment devenu une fixation...! ;-)

 

At 2/16/2005 10:47:00 AM, Anonymous Lady M

Je suis allée voir Bob l'éponge avec R. samedi dernier. Nous étions les seuls adultes sans enfants... Bob l'éponge me met de bonne humeur plus que toute autre chose au monde :o)

 

At 2/16/2005 01:42:00 PM, Blogger OEF

Qu’est ce qu’une preuve d’amour ? Il y a quelques centaines d’années, les jeunes filles laissaient tomber leurs mouchoirs et les prétendants se bousculaient pour le ramasser. Aujourd’hui, les garçons se contentent d’uriner dans le lavabo ou de péter au lit pour signifier à leur compagne qu’ils se sentent (tellement) bien avec elle… En fait, je crois que c’est l’idée même du romantisme qui est en question. Tout a déjà été fait plus d’un million de fois et c’est notre aversion pour la répétition qui nous fait dire « kitch » à chaque fin de phrase… La Saint Valentin c’est cool, mais le truc c’est de trouver la petite différence infinitésimale qui tue. C’est un défi annuel, pas simplement un rituel structurant à la sauce fête des mères. Là où Mery ressent une gêne, c’est au niveau du PDA (public display of affection), mais ça c’est une autre histoire… Le mec aurait pu déclamer son poème en pique-niquant les yeux dans les yeux sous un olivier et il aurait été inattaquable. Moi ce que j’en retiens, c’est que ce mec-là a laissé quelque chose dans le cœur de sa nana (cf. ses larmes) et dans celui d’Amine (cf. son post), alors rien que pour ça je lui tire mon chapeau ;-)

 

At 2/16/2005 06:17:00 PM, Anonymous mery

merci OEF d'avoir essayé de comprendre mon attitude ;) mais c juste la sensation que c truqué et pas naturel qui me gêne . par contre je vois aucun mal à manifester ses sentiments en public, mais avec un peu plus d'intelligence ..
PS: j'apprécie tjr tte la qté d'infos que tu mets dans tes posts : un vrai travail de synthèse pour nous autres fainéants ;)

 

At 2/17/2005 10:12:00 AM, Anonymous Lady M

"Public Display of Affection", il y a un amateur de Morcheeba dans la salle ;o).
J'ai toujours aimé les PDA quand c'est léger, frais.
Mais bon, en général, après deux verres, c'est dans le genre lourd " C'est ma nana !!! et que je te mets la main aux fesses à la bogéga et que je te roule une pelle phénomenale devant tes copains !!!"
Le drame c'est que moins je compte pour le gars plus il aime me tripoter en public. Pour les histoires "sérieuses",où le gars a fendu un peu la carapace, il est d'un timide... T'as raison pour la touche perso, elle est essentielle. J'avais connu quelqu'un qui était imbattable en cliché romantiques : pique-nique au champagne, soirées au coin du feu + peau de bête, courir sur la plage... un florilège de scènes à la Harlequin mais complétement creuses... C'est pas évident de réunir le fond et la forme...

 

At 2/20/2005 02:38:00 PM, Blogger OEF

This comment has been removed by a blog administrator.

 

At 2/20/2005 07:01:00 PM, Blogger OEF

C'est toute la difficulté : réunir le fond et la forme nécessite des arrangements, des trucages comme le dit Mery.
J'ai tendance à penser que le secret d'une Saint Valentin réussie consiste - pour le fond - à puiser dans l'histoire du couple (ancrer l'évènement aux affects) et - pour la forme - faire appel au quotidien (effet de surprise).
C'est aussi délicat à expliquer qu'à faire ;-)
Let's give William Shakespeare a try :
"Le monde entier est un théâtre,
Et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs.
Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles."
(in Comme il vous plaira)
Et pour définitivement ;-) donner raison à Mery, j'ajoute que cette année, le ministère saoudien de la répression du vice et de la promotion de la vertu a interdit les roses rouges et toute célébration de la Saint Valentin...

 

At 2/28/2005 05:26:00 PM, Anonymous anouar

bonjour,
J'ai vu ce post en retard mais il est toujours temps de donner son point de vue :)!
La notion du romantisme commence à perdre valeur dans un monde ou le "moi" fait sa suprématie!
être romantique n'est pas une décision à prendre dans la vie ou un pas à franchir ou un sentiment à développer , c'est une manière de vivre, de partager , de communiquer et d'aimer!
Il est aussi trés utile de rappeler que l'homme et la femme perçoivent différement la notion du romantisme et celle de l'amour d'ou la complexité de l'histoire!!
dans mon entourage , je rencontre de plus en plus de femmes romantiques et de moins en moins d'hommes romantiques, et comme a dit Lady_M c'est pas évident de réunir le fond et la forme.

 


Links to this post:

Create a Link