.comment-link {margin-left:.6em;}
Friday, September 12, 2008

"Váyanse al carajo yanquis de mierda (...). Ya basta de tanta mierda de ustedes, yanquis de mierda." (Allez vous faire foutre yankees de merde (...) c'en est assez de votre merde, yankees de merde). Hugo Chavez dixit. Dinstingué, n'est-il pas? :-). C'était hier soir, à Carabobo.

Reprenons le fil. Evo Morales, Président Bolivien, et premier président "indigène" (j'abhorre ce terme) de l'histoire bolivienne déclare l'ambassadeur US Philip Golberg "Persona non grata" et l'expulse de son pays, arguant lors d'un discours prononcé mercredi (10.09.08) au palais présidentiel de La Paz que ce dernier "conspire contre la démocratie et veut l'éclatement de la Bolivie". Pas belle la crise diplomatique? Réponses logique de l'Oncle Sam: Washington ordonne le départ de l'ambassadeur bolivien Gustavo Guzmán.

En veux-tu en voilà, ça n'a pas tardé, Chavez s'est dit qu'il allait faire pareil et a tout bonnement intimé l'ordre à l'ambasadeur américain au Vénézuela, Patrick Duddy (pas Duffy, rien à voir avec Bobby Ewing), de quitter Caracas sous 72 heures. Elle n'est pas belle la vie?

Je dois l'avouer. J'ai toujours eu une sympathie pour Chavez. Si si. Bon, d'accord, pas pour ses idées révolutionnaires, pas pour ses idées réchauffées de guévarime désué (sachant que derrière, sa famille s'enrichit outrageusement usant de passe-droits en tous genres). Mais j'ai une profonde sympathie pour le personnage: toupet, courage (il en faut), impétuosité, et plus que tout, des qualités d'orateur déjanté, tout cela en fait un trublion attachant. N'est-ce pas coloré de l'écouter traiter Bush d'ignorant, et d'âne inculte? Ou de traiter l'Oncle Sam de diable en pleine assemblée générale des Nations Unies? (au passage, quand on écoute W parler de Chavez, on se demande si ce dernier a tort). Très coloré aussi de le voir se faire rabattre le caquet par Zapatero!

Hugo Chavez est aujourd'hui tout un symbole. Car au moment où la social démocratie vit des échecs cuisants en Europe, Chavez s'affirme, ou le tente du moins, comme le héraut du renouveau du mythe dogmatique d'une Gauche mondiale unifiée permettant l'émancipation des peuples dans des alternatives au néolibéralisme.

En a-t-il la légitimité? Son bilan peut abonder en ce sens. Il a mis en place une nouvelle consitution vénézuelienne garantissant l'implication populaire dans le changement social. Il a permis à presque 5 millions de marginalisés dépourvus de documents d'identités (dont des "indigènes") de retrouver une dignité. Il a nationalisé Petróleos de Venezuela. Pareil pour les compagnies d'Electricité et de Communication numéro un du pays (au passage, il fait de cette dernière un outil de propagande digne de de l'ex-bloc Communiste de l'Est).

Est-il crédible dans ses arguments? Il est clair que non. Mais ce soint ses détracteurs qui le crédibilisent. Tentatives répétées de coups d'Etat et d'assassinat, campagnes de dénigrement et de diffamation à l'international fomentées par la la National Endowment for Democracy (financée par Washington), tout cela participe à en faire un ennemi du néolibéralisme.

Jusqu'à quand ce petit jeu continuera-t-il? L'Oncle Sam pourrait-il faire un bis repetitas des exactions de Kissinger en Amérique latine en se débarassant manu militari de Chavez? Autre époque, autres hommes, mais qui sait? Noriega en a bien payé le prix avec Bush père. Et il n'était rien comparé à Chavez.

Sur ces réflexions à deux centimes, je vous laisse sourire sur le discours d'hier de notre ténor latino. Moi, j'adore! :-)



Labels: ,

 
posted by Amine at 11:43 AM |


3 Comments:


At 9/12/2008 04:01:00 PM, Anonymous Reda

J'ai bien ri aussi en l'entendant traiter les amercaains de yankees de mierda :)
Ceci dit, je pense qu'il tente un peu trop sa chance en y allant avec des manoeuvres militaires conjointes avec les russes ds la cour arriere des USA. Wait & see.

 

At 9/12/2008 04:13:00 PM, Anonymous hmida

Comme cirque on fait ratrement mieux, je reconnais!

Il n'est le seul dans le genre. Il y a Mouamar Khaddafi, Mougabe, le coréen du Nord...Bref, tous de très grands dirigeants qui ont su sortir leurs peuples de la misère ...

Mais cela fait plaisir d'entendre quelqu'un traiter les yankees de "mierda" ..Cà défoule mais çà ne change rien à la réalité des choses, malheusement!

 

At 9/12/2008 09:36:00 PM, Anonymous Anonymous

Amine,
Reda et toi avez bien de la sympathie pour Hugo :-) Moi, c'est la foule qui est moins compacte que d'habitude qui m'intrigue. Faut dire que ce discours a été décidé à la hâte.
Mwah,
Loula

 


Links to this post:

Create a Link