.comment-link {margin-left:.6em;}
Sunday, May 06, 2007
Pertinent décryptage du débat présidentiel Royal-Sarkozy par Jonathan Littell, lauréat du Goncourt 2006 pour Les Bienveillantes.

Petit florilège sucré:

"Si l'on fait une analyse sémiotique de ce débat, on voit bien que Ségolène Royal, dès le début de l'échange, installe un personnage de mère sévère et inflexible, qu'elle tient sans difficultés pendant deux heures alors que Nicolas Sarkozy, qui est pourtant une bête de scène, se comporte comme un petit garçon qui a fait une bêtise. Elle est ferme sur les principes, il louvoie en fuyant son regard."

"Elle le domine complètement, comme une mère autoritaire qui sait se montrer souple, voire condescendante, mais qui s'énerve toute raide quand on passe la ligne rouge."
"Ma famille est de tradition démocrate, je me suis toujours intéressé à la politique, mais je n'ai commencé à voter qu'en 2000, lors de la première candidature de Bush, contre lui, bien sûr. Le président républicain a été un cauchemar pour le monde, Sarkozy sera lui aussi un cauchemar, mais seulement pour la France."
L'intégralité par ici

Labels:

 
posted by Amine at 2:31 PM |


0 Comments:




Links to this post:

Create a Link