.comment-link {margin-left:.6em;}
Tuesday, January 01, 2008
On s'est rendu compte un peu plus concrètement en décembre, couvertures médiatiques à l'appui, que les prisons marocaines peuvent être de réelles passoires, et qu'il existe des collusions plus qu'inquiétantes entre les barons de la drogue et l'administration pénitenciaire. Sauf erreur de ma part, Mohamed Ouazzani, alias Nini, grand pourvoyeur de Hash, n'a toujours pas été retrouvé et certaines rumeurs parlent d'une retraite temporaire à Tarragona.
Mais cela est presque anecdotique.
Non, sur le registre pénitenciaire, ce qui à mon sens est bien plus préoccupant est la question des barbus derrière les barreaux, de leurs conditions de détention et de la phase post-carcérale.
Le New York Times vient de publier un reportage plus qu'inquiétant sur le sujet: "Jihadists in Jails Win Leverage With Protests", signé Michael Moss et Souad Mekhennet.
Edifiant. Sur leurs conditions de détention. Leurs privilèges. Leur vie avant, pendant, après.
(...) The biggest concern is that militants will return to the fight once released, despite having been imprisoned, or perhaps because of it. (...)
Prenez le temps de vous attarder aussi sur l'excellent reportage vidéo du NYT sur ce lien.
* Jetez un oeil aussi au slideshow du NYT sur le sujet, intéressant.
Je concluerai par une seule question: où est Mahone? :-)

Labels:

 
posted by Amine at 9:25 PM |


1 Comments:


At 1/04/2008 03:36:00 PM, Anonymous Cedric

Sans doute la faute des scenaristes en greve...

 


Links to this post:

Create a Link